SYNDROME DE DÉFICIT DE NATURE ET RÉFLEXES PRIMITIFS

En gros, cela signifie un manque de mouvement sauvage et de nature, ce qui a des répercussions importantes sur le développement de l'enfant.

234025254_986221238892754_1384891090847192681_n.jpg

DES IMPACTS MAJEURS

Drapeau rouge sur le développement de nos enfants et l'avenir des prochaines générations!

C'est littéralement des milliers d'études à travers le monde qui viennent de plus mettre en évidence le lien entre un développement optimal chez l'enfant et le fait de passer beaucoup de temps actif en nature. Il n'y a pas de quoi s'étonner: en effet, la nature est le milieu parfait pour l'enfant et l'adulte, tel que le décrit la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau:


"Effets positifs sur le stress, le sommeil, la concentration ou encore la santé mentale, les bienfaits de la nature sur notre cerveau sont aujourd’hui nombreux, et ce dès le plus jeune âge. De récentes recherches en neurosciences montrent que la nature aurait des effets protecteurs contre l’apparition et le développement de troubles neurologiques ou psychiatriques".


La variété infinie de textures, de sensations, de couleurs, de températures, de sons, la présence des éléments naturels, des animaux, des insectes, de la terre, de l'eau; le rythme calme, les affordances infinies qui s'offrent, même les substances émises dans l'air que nous respirons par les plantes participent à tout mettre en place pour que l'humain puisse

s'y développer de manière optimale.


À l'opposé, le manque de nature dans la vie de nos enfants occidentaux dans les 20-30 dernières années a fait apparaitre ce que Richard Louv, auteur reconnu dans le monde de la pédagogie à l'enfance, a nommé dans son livre

"Last Child in the Woods: Saving our children from Nature Deficit Disorder"

soit " le syndrome de déficit de nature", c'est-à-dire tout un ensemble de "symptômes" physiques, émotionnels et cognitifs qui apparaissent quand un enfant et toute une société se retire de la nature, arrête de jouer dehors et se rive sur des écrans, entre autres. 


Il faut mentionner Richard Louv ne va pas jusqu'à parler de connexions neuronales, du développement neurosensoriel ni du rôle physiologiquement démontré des stimulations sensorielles issues de la nature dont nos petits dépendent crucialement pour se développer de manière optimale.


La Mère Nature est, à moins d'informations contraires, la toute première au monde à relier ensemble connaissances neuroscientifiques, développement neuronal et neurosensoriel avec le besoin primordial de nature et de sensibilité profonde.  


L'expérience de la Mère Nature lui a permis d'identifier de nombreux symptômes étant reliés à une baisse de stimulation neurosensorielle et réflexe:

- Affaiblissement de la volonté

- Affaiblissement de l'aisance à apprendre et à imiter

- Affaiblissement du jeu libre créatif

- Affaiblissement de la capacité à attendre et à observer

- Réactions mal ajustées face aux situations (trop ou trop peu)

- Troubles de sommeil

- Troubles de l'alimentation et du poids

- Augmentation de l'anxiété

- Augmentation des difficultés d'attention et de concentration

- Augmentation de l'impulsivité

- Augmentation des hypersensibilités

ou au contraire être hyposensitif

- Augmentation des crises, de la résistance et de l'opposition

- Diminution de la patience et de la persévérance

- Manque de confiance en soi

- Stratégies de compensation diverses

- Recherche de stimulations intenses

- Recherche constante de l'attention ou comportements déviants

- Insécurité émotionnelle et affective

- Détachement envers les autres, insensibilité affective

- Etc.

Comme le cerveau dépend de la nature qui lui offre des stimulations sensorielles et des mouvements abondants tous les jours pour assurer un équilibre neuronal et réflexe optimal, le lien à faire est simple: plus les enfants adoptent des comportements sédentaires, moins ils bougent, moins leur cerveau est en forme et alerte. Moins ils sont connectés avec eux-mêmes, avec les autres et avec le monde qui les entoure. 

Et si les enfants dits "hyperactifs" bougeaient en réalité pour donner à leur corps ces fameux mouvements essentiels sauvages* qui permettent à leur cerveau de fonctionner et de se connecter au corps? Et si le déficit d'attention serait, pour beaucoup d'entre eux, un déficit de mouvements et de nature?



* Termes créés par Julie Filiatrault, La Mère Nature. Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous. 

CAS DE CONSCIENCE: LES ÉCRANS

Benoit se pose la question : est-ce que le fait de laisser les enfants et les adolescents face à des écrans relève de la maltraitance, comme l'affirme un docteur en neurosciences dans son plus récent ouvrage? Il en discute avec Joel Monzée, docteur en neurosciences. Joël Monzée dispose d’une formation multidisciplinaire. Il associe les connaissances sur le cerveau, la psychologie, la pédagogie et l’éthique pour encourager la bienveillance dans toutes les sphères de l’expérience humaine.

Documentaire sur le combat de l'humanité avec les réseaux sociaux

DERRIÈRE NOS ÉCRANS DE FUMÉE

L'Approche Écoéducative Sensible est le travail intégral de Julie Filiatrault et toute utilisation du contenu de ce site doit respecter le code d'usage des droits d'auteur, merci beaucoup!