1935299_145090289555_197141_n.jpg

COMMENT EST NÉE L'APPROCHE ÉCOÉDUCATIVE SENSIBLE

229796_10150275380289556_4639308_n.jpg

Une histoire de famille, de neurodiversité, de nature, de maternité, d'amour, de persévérance, de courage et de résilience

*Je tiens d'abord à préciser que chaque personne dont l'histoire est racontée ici a donné son accord à sa diffusion.

Ma longue et profonde réflexion sur l'éducation à l'enfance a pris naissance dans mon enfance très libre et en nature, puis au tout début de mon adolescence avec l'arrivée d'un frère avec un TDAH et de l'autisme il y a de cela un peu plus de 30 ans. Dans ce temps-là, pas besoin de vous dire qu'il n'existait que très peu de connaissances à ce sujet. Ce petit être hypersensible, hyper conscient et hypertonique a transformé notre maison et notre famille. Ainsi à l'âge de seulement trois mois il passa un électroencéphalogramme pour tenter de trouver une cause à ses différences. Le docteur lui diagnostiqua des coliques et des spasmes d'origine inconnue et plus tard un trouble de l'attention. Il mit 4 ans pour communiquer et inventait ses propres mots, qu'il préférait utiliser. Il ne dormait que très peu, pleurait beaucoup et démontrait un appétit insatiable pour la liberté, les explorations dangereuses et la recherche de sensations. Le parcours scolaire, parsemé d'intimidation, fut extrêmement difficile malgré une intelligence remarquable. Bien que je ne le savais pas à ce moment, ce que j'y découvrit allait devenir ma mission de vie. J'y appris aux cotés de ma mère l'accompagnement hors-piste, la bienveillance, la vision holistique des soins, l'homéopathie, les plantes médicinales, les besoins de l'enfant, une réflexion différente de l'éducation, guidé par la simplicité, l'instinct et l'amour. 


J'ai quitté la maison à 17 ans pour suivre une formation en travail social et voler de mes propres ailes. Après quelques années à travailler en intervention pour les femmes victimes de violence et les femmes en difficultés, je suis devenue mère puis mère monoparentale. J'ai eu ce privilège extraordinaire de mettre au monde 4 enfants uniques, brillants, hautement doués et conscients, hyper créatifs, hypersensibles et aussi neurodiversifiés qui m'ont poussée à me dépasser corps, coeur, tête et âme pendant plus de 22 ans aujourd'hui. Sans eux, l'Approche Écoéducative Sensible ne serait probablement pas là. Le chemin n'a pas été facile, plutôt parsemé de très grosses embûches et de défis incroyables, mais l'amour véritable y était. Au fond de mon coeur.

Mon premier enfant est un merveilleux et magnifique garçon trans, né prématurément à 36 semaines, avec de nombreuses hypersensibilités, un trouble de la coordination, un déficit d'attention (TDA), des troubles d'apprentissages et un trouble anxieux qui ont rendu sa première expérience scolaire et les premiers "apprentissages formels" très difficile. Il a aussi vécu une dépression importante à l'adolescence et souffre toujours d'un syndrome de choc post traumatique (SCPT) et de nombreux "triggers". Un être extrêmement sensible, chaleureux, doux et soucieux du bien-être de chacun.e. Énormément créatif, les difficultés d'écriture, de lecture et d'identité se sont transformées en une finesse incroyable de l'esprit, du coeur et de la plume qu'il partage avec le plus grand plaisir au travers des histoires toutes plus merveilleuses les unes que les autres. Doté d'une intelligence, d'une générosité et d'un esprit renversant, il vit aujourd'hui de manière très organisée, il est toujours là pour les autres, avec une oreille délicieusement attentive et toujours un conseil réfléchi et profond à partager. 


Ma deuxième est un ange de bonté et d'amour. Sauvée par le samaritain de l'ambulance qui s'est rendue à notre domicile en moins de 2 minutes et qui a insisté pour apporter le bébé, qui avait recommencé à respirer, à l'hôpital. Elle arrêtait de respirer fréquemment pendant les 7 premiers mois de sa vie, chose qui arrivait souvent et quand elle s'endormait, et dont une alarme stridente la ramenait à l'éveil. S'en sont suivis des séjours à l'hôpital pour des pneumonies, de l'asthme et toutes sortes de fièvres inexpliquées jusqu'à ce qu'elle reçoive, à l'âge d'à peine 10 ans, un lourd diagnostic d'algodystrophie réflexe sympathique (une maladie de nature psycho-neurologique qui perturbe le fonctionnement du système sympathique donc de réaction au stress- stress qui était malheureusement beaucoup trop présent à cette époque) qui l'ont douloureusement paralysée pendant 4 longs mois d'une jambe et par la suite sporadiquement des poignets à chaque fois qu'elle vivait un stress, léger ou modéré. Malgré tout cela, elle s'est occupée énormément de ses deux petites soeurs qu'elle chérissait plus que tout. Toujours prête à aider, voyant toujours la première le travail et les tâches nécessitant un coup de main qu'elle offrait sans jamais la moindre hésitation. Elle a dû cheminé rapidement avec cette maladie difficile et apprendre, dès le début de son adolescence, à vivre sous une routine de méditation, de pleine conscience, de respirations et avec une hygiène de vie stable et calme. Ce sont là les conditions essentielles pour éviter la progression de cette maladie, afin de trouver l'équilibre et limiter les crises qui pourraient réellement l'invalider dans son futur. 


Puis mon troisième enfant est arrivé, une jolie petite fille au tempérament anxieux et hypersensible que nous avons porté, que j'ai allaité et pour laquelle j'ai fait le cododo jusqu'à l'âge de 4 ans. Les premiers mois elle dormait très peu, parfois moins de 4 heures par 24 heures et par toutes petites périodes. Pour l'aider à s'apaiser nous devions l'envelopper très serrée dans un long tissu, et la promener dans nos bras pendant des heures. Elle pleurait beaucoup encore à 2 ou 3 ans, mais elle était extrêmement curieuse, indépendante et étonnamment autonome.  Le quotidien était une valse en dents de scies entre les cris de joie et les crises, les tics et les danses, les peurs et la philosophie, les coups de griffe (elle grattait et grafignait beaucoup) et la respiration, les épisodes dissociés, le yoga, l'usage d'outils sensoriels, la prise de plantes médicinales, les créations artistiques ou musicales et les manifestations absolument impressionnantes de sa douance. À l'adolescence, après de nombreuses années hypersensibles, elle débuta courageusement une longue thérapie et entreprit de comprendre davantage pourquoi elle se sentait si différente des autres. Beaucoup d'écoute et de nombreuses consultations et évaluations furent nécessaires et elle reçu plusieurs diagnostics de la part des professionnels concertés autour de ses besoins et de sa souffrance: trouble du spectre de l'autisme (TSA), trouble obsessif-compulsif (TOC), syndrome de choc post-traumatique complexe (SCPT-C) associé à un trouble de dissociation/déréalisation, trouble de l'humeur, syndrome de Tourette (SGT), trouble d'anxiété avec une phobie sociale, trouble de modulation sensorielle, trouble alimentaire et haut potentiel. Beaucoup de mots apportés dans nos vies délicatement et avec beaucoup de conscience, en prenant le soin d'interrelier les choses entre elles et non de catégoriser, en réalité, tout autant de facettes d'une même âme, d'un même esprit, d'un même cœur et d'un même corps qui ont beaucoup trop souffert et qui souffrent encore. Comme quoi parfois, les diagnostics sont des clés pour cheminer. Des mots précieux pour donner du sens au chaos intérieur, à l'impact de la puissance des ressentis corporels, émotionnels et psychiques vécus, de son histoire, de sa voix trop souvent muette. Des mots pour nommer le manque immense de sensibilité de la part de ceux qui n'ont pas essayé de comprendre, qui ont jugé, qui n'ont pas voulu écouter, accueillir et réagir face à l'inquiétude et l'anxiété si grande d'une mère et de son enfant caméléon. Des mots pour valider les souffrances intérieures et les efforts de chacun, de si grands efforts, en cachant le plus longtemps possible les émotions, l'anxiété, les tensions et les peurs et les retenir jusqu'à ne plus le pouvoir. Des mots pour cheminer et avancer. Des mots de guérison. De lumière. D'espoir. De compréhension. Une enfant philosophe incroyablement brillante, comme une vieille sorcière remplie de sagesse et de mystères, de savoirs et dotée d'une intuition et d'un ressenti époustouflant qui est aussi activiste environnementaliste, une musicienne au piano et une multi artiste au talent incroyable et à la vision claire.


Arriva la quatrième merveilleuse fille, née une nuit de pleine lune. Vigoureuse et têtue au tempérament gentil et intelligent, lumineuse, dynamique, douce et tendre avec un trouble de spasmes de sanglots qui la faisait arrêter de respirer lorsqu'elle se blessait ou devenait contrariée, la faisant ainsi tourner au bleu plusieurs fois par jour. Un enfant incroyablement autonome, serviable, qui apprenait tout très vite, déterminée et pleine de volonté mais souffrant aussi d'anxiété, de différentes sensibilités, d'un besoin formel d'ordre et d'organisation dans l'environnement immédiat, d'un haut potentiel suspecté et de troubles du sommeil. Musicienne en flûte traversière, bénévole dans un café d'inclusion sociale pendant 2 ans, elle a tenu un marché pour récolter des fonds pour les enfants victimes de la guerre en Syrie, tenu un kiosque pour amasser des fonds pour un orphelinat au Cameroun, participé à des soirées de poésie devant une centaine d'adultes et bien d'autres choses encore. Elle est tout simplement époustouflante.

41.jpg

COMMENT J'Y SUIS ARRIVÉE?

Comment je suis parvenue à établir des relations qui allaient les infuser d'une palette d'outils incroyablement utiles pour cheminer dans ce monde complexe? Des relation profondes, remplies d'émotions, de proximité et authentiques avec chacun.e d'entre eux, de la confiance mutuelle et partagée, un respect qui touche chaque espaces de nos vies, qui accueille, qui ouvre. Une communication efficace et bienveillante, sécurisante, sans tabous et sensible.  Une collaboration de tous les instants remplie de motivation, de l'empathie envers les autres et la nature, de la bienveillance... Le tout, sans faire usage d'aucune forme de contrôle forcé, d'autorité, de rigidité ou même de discipline (enfin presque!).

J'y suis arrivée avec énormément de persévérance, de courage, de créativité et de détermination. Ce fut loin d'être un chemin facile d'être une maman solo avec une tribu neurodivergente en garde partagée. Quand ils quittaient je pleurais, et je pleurais encore quand ils revenaient. Je pleurais quand ils partaient le matin pour l'école, espérant que ceux d'entre eux qui n'avaient dormi de 4 ou 5 heures arrivent à faire leur journée. Que ceux qui avaient fait une crise juste avant de partir, quittant la maison en larmes, puissent trouver le réconfort et la joie de retrouver des ami.es de classe. J'essuyais mes larmes avant d'accueillir les 6 enfants de mon jardin d'enfants avec qui j'allais passer ensuite la journée, en attendant le retour des miens. Là, dans le cubicule de l'entrée, j'accueillais ensuite les larmes des mamans qui, épuisées, à bout de souffle, m'apportait leur enfant hypersensible et opposant pour une autre belle journée en nature. À l'heure du diner, je prenais une grande respiration pour ajouter à ces 6 petits nos 5 enfants (les miens et la fille de mon conjoint de l'époque) et préparer le diner que je servirais seule, espérant que les autistes ou les hyperactifs m'aident à mettre la table et à ranger les jouets, ce qu'ils aimaient en général. Je pleurais le soir quand enfin ma tribu s'endormait et que je croulais d'épuisement, pensant au lendemain qui recommencerait. J'ai tout donné pour eux comme on dit. Avec tellement d'amour.


J'y suis parvenue en m'inspirant de pédagogies lumineuses telles que la pédagogie par la nature, Waldorf, Montessori, Pickler et Frenet, la pensée de Krishnamurti, Mathieu Ricard, le Dalaï Lama, Shri Aurobindo, Shivananda, Thich Nhat Hanh, Gandhi, Scott Peck, Deepak Chopra et celle de mes parents, pour ne nommer que ceux-là. S'ajoutent aussi la pensée anarchiste, la démocratie directe, les travaux de pédagogues pour enfants en difficultés, des études en yoga, en herboristerie et en méditation pleine conscience qui m'ont également permis de tenir le coup. Puis constatant que ma tribu présentait de nombreux traits neurodiversifiés, je suis allée chercher des outils en me formant en neurosciences avec le RMT pour comprendre comment se développe et fonctionne le cerveau et l'impact qu'ont les réflexes neurologiques de l'enfant, la nature et le mouvement sauvage libre dans les difficultés qu'ils rencontrent. Surtout, tous les jours et sans relâche, je suis demeurée présente avec beaucoup, beaucoup de sensibilité comme moteur de mes relations avec chacun d'entre eux et à chaque instant.


J'ai aussi créé une multitude d'espaces sacrés: des rituels de connexion ensembles, de connexion en eux et entres eux. Par exemple une petite bougie sur la table du déjeuner tous les matins, une table de nature évolutive, le rituel d'anniversaire avec l'anneau, les petits messages d'amour au fond des poches, des soins comme la petite huile du courage qu'ils recevaient, presque à la manière d'une eau de baptême, sur les poignets et les tempes avant d'aller à l'école et l'utilisation d'archétypes symboliques: l'arrivée des fées au solstice d'été, les petites gnomes de maison qui transportaient des messages de conscience et de sécurité ou encore le grand lutin fabriqué à la main à la manière d'une poupée géante pour attendre Noël. J'ai fait l'école à la maison à chacun d'entre eux aux moments où ils en avaient le plus besoin, je leur ai lu des milliers de contes précieux et d'allégories et tous les jours, du matin au soir, je leur offrais des breuvages de plantes médicinales et des cocktails de suppléments naturels, de teintures-mères, de granules homéopathiques et de vitamines pour pallier à la nervosité, au stress, aux troubles de sommeil, à l'anxiété et aux difficultés d'humeur ou de comportements. Et cela faisait une énorme différence. Je me suis battue pendant une douzaine d'années malgré des horaires de garde partagée complexes pour leur offrir à chacun une formation musicale que je jugeais essentielle au développement cognitif et neuronal et chacun a pu expérimenter de nombreux arts et des sports pour assouplir le corps et l'esprit et laisser aller la pression de la vie quotidienne. Pour réussir à gagner ma vie tout en demeurant présente pour eux, j'ai ainsi ouvert un jardin d'enfants que j'ai dirigé seule à temps plein en même temps que je donnais des formations en éducation et des cours de yoga pour joindre les deux bouts. Je tenais aussi une boutique écolo pour enfants en ligne en plus de faire l'école à la maison et j'encourageais le bénévolat et les missions humanitaires... 


Une mission... d'amour et de sensibilité quoi.

21740706_10155597564227808_8956701814615449584_n.jpg

ACCOMPAGNER AUSSI LES ENFANTS DES AUTRES LOIN DES SENTIERS BATTUS

Un archipel d'expériences pour tisser un brin à la fois l'Approche Écoéducative Sensible.

Ce voyage vraiment pas toujours tranquille et très souvent tumultueux m'a toutefois permis de faire la rencontre de la grande neurodiversité présente chez les enfants et les parents. J'ai vite découvert que le mouvement sauvage était essentiel au bien-être et au développement du cerveau, que les stimulations sensorielles calment et que la nature est non seulement la meilleure des professeures, mais le centre de l'existence et la réponse aux grands maux de notre époque. 

Pendant près de 25 ans j'ai côtoyé beaucoup d'enfants avec des profils qui ne rentraient pas dans ce que la société souhaite normaliser à coup d'échelles de croissance, de tableaux d'évaluations, d'examens, de comparaisons et du désir toujours plus grand de contenir le tout dans une courbe, en essayant de normaliser tout ce qui semble marginal, différent ou inconnu. 


Pourtant, c'est vraiment la diversité qui rend un écosystème fort et en santé. Pas la monoculture! Et la neurodiversité est tout aussi importante que la biodiversité! D'ailleurs, pourquoi en serait-il autrement? C'est justement dans ce qui est différent que se cachent les plus grandes avancées technologiques, idéologiques et artistiques, par exemple! Tous ces enfants diagnostiqués de quelque chose comme l'autisme, le TDA, l'hyperactivité, Tourette, la dyspraxie, le trouble de langage, la surdité, les troubles d'apprentissages ou l'anxiété pour ne nommer que ceux-là, ont réellement brillé de mille feux avec leur imagination renversante, leurs idées créatives en rafale, leurs talents à concevoir des plans, leur énergie contagieuse, leur savoir-faire pour organiser des jeux libres remplis de soleil et leur concentration pour prendre soin des autres. Ils riaient à gorge déployée et démontraient un sens de l'humour surprenant, connaissaient et dénichaient les plantes sauvages comestibles avec leurs yeux de hibou, s'appliquaient aux tâches ménagères avec le plus grand soin, élaboraient des concepts de bandes-dessinées ou de jeux de société qui ne laisseraient aucuns adultes indifférents. Certains savaient composer de la poésie à l'âge de 5 ans ou encore faire du pain sans recettes! Mais que ce serait-il passé si à la place de leur permettre d'apprendre à se connaitre et à découvrir leurs dons, si à la place de leur permettre de connaitre le monde naturel qui les entoure, je leur aurais mis de la pression pour qu'ils entrent dans un moule? Pour qu'ils "m'écoutent"? Pour qu'ils obéissent?

C'est donc avec beaucoup d'amour et de sensibilité que j'ai accompagné ces enfants tous plus merveilleux les uns que les autres à grandir en apprenant à se connecter à eux-mêmes, avec les autres et avec la nature. À apprendre à s'aimer et à briller avec leurs différences, tout en trouvant des stratégies apaisantes et efficaces pour leurs souffrances.


C'est grâce à tous ces enfants et à chacune des familles qui sont venues à moi avec une panoplie de couleurs fantastiques que s'est tissé, un brin à la fois, cette nouvelle Approche Écoéducative Sensible. 


92220376_10158071493199556_7497127034510901248_n.jpg

À PROPOS DE MOI

"Je jouais tout le temps dehors. Je construisais toute seule des cabanes dans les arbres avec les outils de mon père jusqu'à ce que la noirceur emballe le soleil. Je canotais sur les lacs et grimpais très haut dans les arbres pour me sentir comme un oiseau. Je faisais pousser des légumes, apprivoisais des animaux sauvages et je pouvais manipuler du feu ou marcher nu pieds dans la neige sans que personne ne s'inquiète. Mon jeu préféré était d'inventer des villages inspirés du monde des Ewoks  où tous les enfants du monde seraient éduqués dans la forêt et non dans des classes de béton sous les néons. Je croyais que le monde serait plus beau si tous les enfants de la terre pouvaient avoir cette chance.


Je suis moi-même de ces êtres que l'on dit "neurodivergents". Je me sens différente. Enfant j'étais souvent à part dans un groupe. Je suis hypersensible à plein de niveaux, hyper investie et douée dans plusieurs domaines et pourtant démunie devant d'autres choses que la plupart des gens trouvent banales. Mon chemin a été rempli de défis. Je vis aussi avec plusieurs chocs post-traumatiques, de l'anxiété et d'autres difficultés que je travaille depuis de nombreuses années. Aujourd'hui je suis fière de moi. Je peux dire que je vais vraiment bien et j'ai envie de partager mes outils afin que les parents ou professionnels qui accompagnent des enfants puissent eux/elles aussi se sentir bien et accomplir leur rôle au mieux.

" Si nous voulons former en l'enfant une pensée vigoureuse, afin qu'il soit plus tard adapté aux exigences de l'école et de la vie, il nous faut veiller à suivre la voie qui mène vraiment à ce but, c'est-à-dire nourrir les forces

dont naîtra plus tard la faculté de penser".

Elisabeth Grunelius